Métempsychose – Christian Perrot

Présentation :

● Titre : Métempsychose
● Auteur : Christian Perrot
● Maison d’Édition : ADA Éditions
● Collection : Corbeau
● Date de Parution : Avril 2019
● Nombre de pages : 183 pages
● ISBN : 9782898036187

Résumé :

Aussitôt, une voix lui répondit, hésitante.
Il frissonna en la reconnaissant : c’était la sienne,
celle de son propre corps.
____________________
Victime d’un crash d’avion, emporté par le courant de l’océan, Rodrigue échoue sur une île déserte aux étranges constructions. Il y découvre une étrange et sombre monolithe, orné d’une empreinte non humaine. Mû par une curiosité malsaine, il y applique sa main.

Il s’éveille, manifestement dans le passé de la Terre, avec l’esprit prisonnier d’un corps effrayant. Rodrigue découvre une race antédiluvienne dont l’un des buts principaux semble être de faciliter le retour d’une créature titanesque. Un monstre rêvant de reconquérir un monde qui lui appartenait, autrefois… Au bord de la folie, Rodrigue déambule longtemps jusqu’à retrouver le monolithe.

Y appliquant de nouveau la main, le pauvre naufragé se retrouve bien dans son époque, mais trois ans plus tard, et pire encore, dans un autre corps, celui d’un marin français. Incapable de comprendre ce qu’il lui arrive, il luttera contre l’horreur jusqu’à la fin…

Un roman à faire frémir, dans lequel les abominations des temps anciens se mêlent à l’existence puérile de l’Homme.

Mon avis :

Lorsqu’on dit que la page de couverture est l’élément principal qui attire le lecteur, dans mon cas, ce fut véridique. Pour ceux qui commencent à me connaître, sache que j’apprécie énormément la collection « Corbeau » d’ADA Éditions. Donc, pour Métempsychose, dès que j’ai vu la page couverture, j’ai aussitôt désiré l’avoir. Malheureusement, par problème de distribution, ma librairie indépendante n’avait jamais été capable de se le procurer. C’est lors d’une escape dans la même librairie indépendante, mais à Repentigny, que j’ai finalement trouvé ce précieux livre que je recherchais depuis des mois. Je n’avais même lu le résumé que je revenais à Montréal avec ce nouveau livre, tout fier de ma fabuleuse trouvaille.

Avant de débuter ma lecture, j’ai fait une petite recherche sur le mot « Métempsychose ». Je ne savais pas pourquoi, mais quelque chose me poussait à croire que le titre n’était pas qu’un simple hasard… Ce ne fut donc pas surpris que j’ai lu la définition suivante : « Métempsychose est le passage, le transvasement d’une âme dans un autre corps, qu’elle va animer. ». Après la lecture de ce roman, je peux officiellement vous dire que le titre n’aurait jamais pu être mieux choisi pour représenter le livre.

Cependant, une chose que je ne m’attendais pas, c’était de découvrir que ce livre était littéralement un hommage à l’auteur Howard Philips Lovecraft, que je ne connaissais vaguement que de nom. Encore une fois, après une courte recherche, j’ai finalement compris qu’il était reconnu comme étant « un maître » des récits fantastiques, d’horreur et de science-fiction. Ses romans, selon les autobiographies que j’ai lues, se rapprochent beaucoup du procédé de Christian Perrot. On peut ainsi mieux comprendre son « hommage » à lequel l’auteur du livre québécois souhaitait s’adonner.

Métempsychose est un roman très court, où l’action débute dès la première page pour se terminer qu’à la toute fin. Le personnage principal, Rodrigue, est loin d’avoir le temps de souffler entre les événements horrifiques qui lui tombent dessus. Je dois avouer que, perdu entre les bouleversements qui se passent chez l’homme, j’ai dû quelques fois me forcer à stopper ma lecture pour noter les « voyages » qui se produisent dans le récit. Mais ceci ne vient que de moi. À force de voir trop d’événements se passer sans aucun répit, il m’arrive de « mélanger » les événements et de me tromper. Ainsi, pour ne pas perdre la carte, j’ai préféré agir ainsi pour me permettre de mieux assimiler les prochains « voyages ».

Plusieurs questions me sont passées par la tête : Qu’est-il arrivé avec tel personnage ? Comment celui-ci a-t-il pu arriver là ? Comment se passe ce changement ? Des questions qui, parfois, sont restées sans réponse. Mais bien vite, on finit par oublier tout cela quand on réalise la catastrophe planétaire que doit éviter Rodrigue.

Il s’agit d’un roman court, mais qui nous tient en haleine tout le long. Il est difficile de s’arrêter, se demandant toujours ce qui va tomber de nouveau sur l’humain. Une chose est certaine, c’est dans des situations comme vit Rodrigue qu’on apprend réellement à nous connaître. Sommes-nous un lâche ou un héros ? C’est une question à laquelle Rodrigue doit répondre dès les premiers moments du livre. Pensera-t-il qu’à lui ou réfléchira-t-il à la possibilité de devenir un sauveur du monde terrestre ?

Je ne connaissais aucunement Lovecraft, mais Christian Perrot m’a réellement intriguée avec son roman Métempsychose. Si ce récit ressemble aux romans de ce grand écrivain, je me risquerai peut-être un jour à essayer à me procurer une de ses œuvres.

Si vous êtes un grand amateur de science-fiction, de fantastique mélangé à l’horreur, et qui sait, que vous aimez H.P. Lovecraft, je vous le dis toute de suite : Métempsychose sera parfait pour vous ! Intrigant, dynamique, envoutant… Toutes des caractéristiques d’un très bon récit ! De plus, si vous aimez les univers de créatures maritimes… Je vous le dis : allez vous le procurez rapidement.

3 commentaires sur “Métempsychose – Christian Perrot

  1. Merci pour cette chronique fort sympathique.
    Pour ce qui est des « questions sans réponse », désolé, mais le roman est principalement rédigé du point de vue du personnage principal. Dépassé par les événements et l’horreur des situations, il est bien en peine de pouvoir répondre à tout. Qui plus est, il est parfois néfaste de soulever tous les voiles, non ?
    A bientôt pour un autre roman…

    J'aime

    1. Cela me fais plaisir !

      Pour les  » questions sans réponse « , ce n’était pas un reproche, loin de là ! C’est plutôt une curiosité comme  » Est-ce que l’âme de Killian est ailleurs, dans un autre corps ? Qu’advient-il des âmes qui meurent ? « , des questions de ce genre ! C’est simplement une preuve de plus, à mon avis, de mon appréciation de ce roman. Si on ne cherche pas à en découvrir davantage, c’est dommage non ? Même si on a pas toujours les réponses, ce n’est qu’un détail sans importance.

      Mais il me fera plaisir de vous lire de nouveau. 🙂

      J'aime

      1. C’est bien ainsi que j’avais compris votre avis, par un intérêt pour mon récit. J’apprécie beaucoup.
        Qui sait, en fonction des caprices de ma « muse », peut-être y aura-t-il un jour une suite de Métempsychose expliquant plus de choses…
        L’avenir nous le dira !
        A bientôt…

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s